• Tokyo 2020: vers un nouveau scandale de corruption ?

    jeudi 12 mai 2016 / Kenji Sugano

    Dire que la préparation des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 est semée d'embuches est un euphémisme. Après le double fiasco du logo plagié et du stade trop cher, voici qu'une affaire de prétendue corruption est révélée par le quotidien britannique The Guardian.

    Tokyo aurait versé environ 1,3 million d'euros en plusieurs fois sur un compte bancaire basé à Singapour et lié au fils de Lamine Diack, ex-président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Papa Massata Diack, pendant la campagne pour organiser les JO en 2020.

    La police française qui enquête depuis un certain de temps déjà sur la famille Diack, déjà au centre de multiples scandales au sein de la fédération d'athlétisme, avait décidé d'étendre ses recherches aux dossiers d'attribution des JO de Rio et de Tokyo, dans lesquels leur nom apparaissait également.
    Lamine Diack avait été mis en examen en novembre dernier pour corruption passive et blanchiment aggravé, puis pour corruption active, à la suite d'accusations de couverture de cas de dopage en échange de sommes d'argent.

    «Nous pensons que les Jeux ont été attribués à Tokyo parce que la ville a présenté la meilleure candidature», a réagi Ikariko Ono, le porte-parole du comité d'organisation de Tokyo 2020.

    Affaire à suivre.