• Yukako Fukushima, la prothésiste qui redonne de l'espoir aux anciens yakuza

    Une nouvelle vie
    mardi 19 avril 2016 / Dorine Ragoub

    Il n'y a pas grand monde qui ne connait pas ce fameux rituel de l'auto-amputation du petit doigt dans le milieu des Yakuza.
    Cette pratique du Yubitsume était bel et bien effective, et non pas occasionnelle, ou encore une légende urbaine pour amateurs de sensations fortes et autres curiosités.

    www.scienceopen.com

    www.scienceopen.com

    En mars 1992 le gouvernement japonais lance sa loi anti-gang, suivie d'une loi anti-blanchiment un an après, et ce sur l'ensemble du territoire, dans le but d'enrayer de façon radicale la montée en puissance des Yakuza depuis la seconde guerre mondiale, qui devenait de plus en plus présente au sein de la société avec la multiplication d'esclandres, de scandales, et confrontations sanglantes.

    The Australian Broadcasting Corporation's insightful documentary on the modern yakuza.

    Après ces politiques de démantèlements, de nombreux yakuza se sont retrouvés sur le marché du travail, destitués de leurs biens, et souvent incapables de s'intégrer au vu de leur passé criminel inscrit sur leur corp à travers les tatouages (irezumi), l'auto-amputation visible, rendant la stigmatisation immédiate et irrévocable.

    Voilà qui nous amène à parler de Yukako Fukushima 44 ans, une prothésiste de métier qui par hasard s'est retrouvée malgré elle à constater que bon nombre de ses clients étaient d'anciens Yakuza.

    "Je n'ai jamais eu l'intention de faire cela sur le long terme, je cherchais un autre travail quand quelqu'un m'a appris que j'étais la seule personne à créer ce genre de prothèses sur tout le Japon."

    De ce fait, Yukako avec l'aide de la préfecture de police qui la met en lien avec ses futurs clients, lance un vrai travail de réhabilitation avec comme condition une réelle volonté de se réformer du milieu des Yakuza.

    "J'ai besoin d'avoir la preuve qu'ils ont vraiment quitté leur gang, je n'accepte jamais de pot de vins de la part de certains qui veulent passer devant tout le monde...
    J'ai déjà reçu des plaintes de la part de certains clients qui n'aimaient pas l'apparence de leur nouveau doigt, mais je n'ai jamais accordé trop d'importance à ces menaces. Même s'il arrivait qu'ils viennent sur mon lieu de travail pour jeter mes affaires dans tous les sens, heureusement cela arrive rarement ! La police m'offre une protection..."

    www.theguardian.com

    www.theguardian.com

    Le choix de Yukako lui a coûté sa relation, et a mis en péril les liens qu'elle avait avec sa famille qui a alors pensé qu'elle encourageait les yakuza en leur laissant la chance de réintégrer la société. En dépit de ces difficultés, Yukako a continué son ouvrage, elle est capable de recréer plus de 1,000 couleurs de carnations avec un détail incroyable, d'un réalisme tel qu'on ne saurait reconnaître l'artifice sur la main de ses clients, le prix allant au-delà de 2,264€ pour une prothèse, qui dure en général 10 ans !

    “ J'ai entendu parler d'hommes qui ont retrouvé du travail, se sont mariés, ont eu des enfants. D'autres m'ont dit qu'ils se sont remis sur le droit chemin, ont revu leur famille pour se repentir des années de souffrance et de misère qui leur ont fait endurer.
    Quelques-uns me disent qu'ils sont simplement heureux d'être en vie, même s'ils ont souhaité mille fois être morts...
    Quand j'entends ces histoires cela me donne le courage de continuer. Je ne le fais pas pour les yakuza, je le fais pour ces hommes qui veulent une seconde chance en devenant un modèle pour leurs enfants."

    gov-online.go.jp

    gov-online.go.jp