Culture

Sélection manga : de l'aventure, du suspens, et de la fantasy

Atlantid, tome 1, d'Hidenori Yamaji, chez Kana

© by YAMAJI Hidenori / Shôgakukan / Kana

© by YAMAJI Hidenori / Shôgakukan / Kana

Dans le Londres de la Révolution industrielle, Sully, un jeune voyou des bas quartiers, chaparde un mystérieux anneau duquel jaillit brusquement une gigantesque machine à la technologie révolutionnaire… Surgissant des méandres de l’Histoire, une civilisation avancée s’arrache à sa torpeur et commence à faire parler d’elle.

Comme le manga ne compte que trois tomes, l'action arrive très vite. S'il n'y a rien de très original du côté du scénario, le manga n'en reste pas moins efficace et très agréable à lire. Les personnages sont attachants et leur intérêt est croissant au fur et à mesure de l'histoire. Du côté des dessins, peu de choses rappellent le Londres de la révolution industrielle, mais on l'oublie vite devant les magnifiques planches d'Hidenori Yamaji.

 

Capitaine Albator : Dimension Voyage – Tome 1, de Leiji Matsumoto (scénario) et Kôiti Shimaboshi (dessin), chez Kana

© 2014 Leiji MATSUMOTO / Kôichi Shimahoshi / Akita Publishing / Kana ; © Akinari Nao / Kodansha Ltd.

© 2014 Leiji MATSUMOTO / Kôichi Shimahoshi / Akita Publishing / Kana ; © Akinari Nao / Kodansha Ltd.

On le dit hors-la-loi, traître, lâche ayant abandonné la Terre livrée à la corruption et à l’anarchie.

Alors qu’il est sans doute le seul espoir de l’Humanité !
Le danger approche et un seul homme se dresse face à la menace sylvidre : Albator !

Albator fait son retour sous la plume de Kôiti Shimaboshi. Leiji Mastumoto ayant cédé sa place au jeune dessinateur. Alors que vaut Albator lorsqu'il n'est pas dessiné par son maître ? Et bien c'est une très bonne surprise. Le scénario est très proche de l'original, mais n'en est pas pour autant identique. On y retrouve plusieurs personnages connus : Emeraldas (de Queen Emeraldas), Tochirô Ôyama (de Gun Frontière) ou encore Tetsurô Hoshino (de Galaxy Express 999), ainsi que de nombreux vaisseaux. Les dessins sont superbes, détaillés et les personnages très expressifs. Le ton est quant à lui plus posé, sérieux, mais il ne dénature en rien l'histoire. Vivement la suite !

 

Akatsuki, tome 1 et 2, de Motoko Koide, chez Pika

© Motoki KOIDE / Kodansha Ltd. / Pika

© Motoki KOIDE / Kodansha Ltd. / Pika

Hibiki et Kirisa sont deux jeunes kiriishi, des médecins-guerriers, seuls capables de vaincre les Akatsuki, des maladies infectieuses mortelles qui transforment tout être contaminé en monstre redoutable. Les kiriishi parcourent le monde afin d’aider les contaminés et de détruire les foyers d’infection d’Akatsuki ! Au fil de leurs missions, Hibiki, un garçon désinvolte, et Kirisa, une jeune fille dévouée, feront face aux pires Akatsuki dans des combats épiques qui révéleront la rage incommensurable de Hibiki contre cette maladie et son désir de sauver tous les contaminés.

Si vous avez aimé Naruto ce titre devrait vous plaire, car les dessins s'en rapprochent fortement. Côté scénario, le héros n'est pas un ninja, mais un médecin, ce qui ne l'empêche pas de s'occuper de nombreux monstres. Dans les deux premiers tomes, il y a beaucoup d'action, un peu de mystère et l'on suit l'évolution de chaque personnage au fil des chapitres. Ce manga vous fera passer un agréable moment. La série compte 9 tomes.

 

Q, tome 1, de Tatsuya Shihira, chez Ki-oon

q ki oon

Voilà déjà dix ans que, dans un monde désormais en ruines, une mystérieuse sphère, Solaris, est apparue dans le ciel. Créature d’une autre dimension ou envoyé des dieux missionné pour punir les humains ? Nul ne le sait. Une seule certitude : la regarder en face provoque sur terre l’apparition immédiate d’œufs géants qui donnent naissance en quelques heures à des monstres effrayants, les Demis, détruisant tout sur leur passage. L’humanité en est réduite à vivre dans la crainte, échine courbée et yeux rivés au sol.

Le jeune Rem Serizawa, voyou au grand cœur qui peine à assurer la survie du groupe d’orphelins dont il s’occupe, tombe un beau jour sur une petite fille qu’il sauve in extremis des griffes d’un de ces monstres. Mais l’enfant cache un pouvoir incroyable : c’est une extraterrestre capable de dévorer les Demis ! Très vite, la fillette va attiser les convoitises des organisations qui luttent pour la destruction de Solaris…

Tatsuya Shihira met les choses en place rapidement et le lecteur est tout de suite captivé par ce qu'il voit : tremblements de terre, monstres à la force colossale, et un système social fragile pouvant basculer à tout moment. Les dessins représentent parfaitement l'univers post-apocalyptique que l'auteur a mis en place. Les personnages sont quant à eux hauts en couleur. Q vous captivera dès les premières pages et vous aurez du mal à le lâcher.

 

Anguilles démoniaques, tome 1, de Yû Takada (scénario) et Yusuke Ochiai (dessin), chez Komikku

© YUSUKE OCHIAI, YU TAKADA / SHONENGAHOSHA / Komikku

© YUSUKE OCHIAI, YU TAKADA / SHONENGAHOSHA / Komikku

Masaru Kurami, trentenaire japonais à l’imposante carrure, s’est endetté dangereusement en jouant et en perdant aux courses. Pris à la gorge par ses usuriers, il est sauvé par le patron de "Chiwaki Enterprise" qui lui propose d’être son garant, en contrepartie de quoi, Masaru devra travailler pour lui. Recouvrement de dettes, transport de marchandises, extorsions, prostitutions déguisées, voilà le genre d’activités de la société dans laquelle a atterri le timide Masaru. Un jour, le boss l’envoie livrer un container chez un éleveur d’anguilles, dans le lugubre quartier de Kuromu, en compagnie de Tomita, un autre employé de la société. La mission est simple : effectuer la livraison sans se poser de question et surtout, ne pas fourrer son nez partout…

Anguilles démoniaques aborde le monde des yakuza et tout ce qui va avec dans le monde des affaires. Une ambiance sombre, limite du glauque. L'auteur s'amuse avec le lecteur et le place au même rang que le personnage de Masaru en ne lui donnant pas toutes les informations. Impossible de savoir ce qu'il se passe vraiment chez l’éleveur d’anguilles et ce que contiennent les caisses livrées. Les dessins détaillés, tant au niveau des personnages, que des décors, retranscrivent parfaitement l'ambiance lugubre du manga. Un très bon titre, terminé en 3 tomes.

Culture
Sélection de la rédaction