• Des taxis autonomes testés par la société DeNA au Japon

    mercredi 7 octobre 2015 / SoKeA Dam

    Les modèles de prévisions des urbanistes l’affirment et les quelques précieuses mais rares expériences menées sur voies publiques le confirment, nos routes seraient plus sûres et la circulation plus fluide si les humains n’étaient plus au volant.
    Si petit à petit, l’idée de confier les commandes de son véhicule à une intelligence artificielle fait son chemin du côté des technophiles, tous ces acteurs sont déjà confrontés à la méfiance de la majorité des personnes concernées par ces technologies encore balbutiantes.

    Mercedes, Tesla, Volvo, Audi, BMW et de nombreux constructeurs automobiles ont dans leurs cartons des projets concernant les futurs véhicules autonomes qui circuleront sur nos routes d’ici 5 à 10 ans. Dans leurs sillages les acteurs de l’industrie des nouvelles technologies tels que Google, Uber ou Apple comptent bien tirer leur épingle du jeu.
    Les entreprises japonaises ne sont pas à écarter de la course, et ils ont un certain avantage culturel sur leurs concurrents. Les habitants de l’archipel nippon ont une image bien plus rassurante des robots que ne l'ont les occidentaux nourris par le cinéma et ses visions de lendemains apocalyptiques engendrés par le soulèvement des machines.

    Avec pour objectif d’équiper le Japon de véhicules sans chauffeurs d’ici les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, l’entreprise japonaise DeNA, plus connu pour ses services et jeux vidéo mobiles, a lancé il y a quelques jours cette expérience de Robot taxi dans la préfecture de Kanagawa. A terme, ces machines autonomes pourraient transporter les athlètes et les touristes de sites en sites et être utilisées dans les transports publics.
    Les premiers essais menés dans le sud de Tokyo ciblent un panel d’une cinquantaine d’habitants âgés. Les taxis achemineront les participants de leur maison à leurs commerces locaux préférés. Par mesure de sécurité, un chauffeur humain gardera tout de même un œil sur l’équipée sauvage.

    Si les tests sont couronnés de succès, ils permettront aussi de répondre aux problèmes d’isolement et de mobilité des personnes âgées vivant dans les campagnes notamment. Le Japon a atteint un nouveau record de vieillesse, cette année. 33% de sa population a passé le cap de la soixantaine et 60,000 japonais ont soufflés leurs 100 bougies.