Interview: Coup de coeur de DozoDomo, David-Minh Tra nous guide à travers le Japon en vidéo

mercredi 19 août 2015 / Vincent Ricci

DozoDomo est très heureux de vous présenter son coup de coeur de l'internet, David-Minh Tra. Ami de DozoDomo, David-Minh aime le Japon, mais pas seulement. Il nous raconte dans une interview comment est né son projet "Japon, qui es-tu ?" et comment sa découverte du pays lui a encore plus donné envie de voyager.

Salut David, peux-tu rapidement te présenter aux lecteurs de DozoDomo ?

Je m’appelle David-Minh TRA, ingénieur dans les Nouvelles Technologies liées à Internet. Je suis né à Saint-Etienne et d’origine vietnamienne. Mes Hobbies sont multiples : la culture en général, regarder des documentaires, passionnés par le cinéma, le voyage, la réalisation audiovisuelle, les jeux vidéo qui sont devenus avec le temps des œuvres d’Art, etc…

Comment est né ton intérêt pour le Japon ?

Mon premier lien avec le Japon : le Club Dorothée.
Mais mon véritable intérêt pour ce pays remonte à mon premier voyage en Juin 2008. J’y suis allé juste pour rejoindre une connaissance et avec des idées négatives. Et dès l’instant où j’ai posé les pieds à Shibuya : le choc ! Depuis ce jour, j’ai voulu en savoir plus. Plus je découvrais leur culture sur place, plus j’étais intrigué. De retour en France, j’ai passé mon temps à faire des enquêtes sur la culture du Japon. Ensuite, c’est devenu une passion.

DSC03300

Qu’est-ce qui t’a donné envie de réaliser ta série documentaire ?

La volonté de montrer ce que moi-même je n’avais jamais vu à la TV française ! J’étais venu au Japon bourré d’idées fausses issues de reportages à la TV. J’ai réalisé sur place que c’était des clichés. Alors j’ai voulu montrer au monde les richesses inconnues de ce pays. La série « Japon, qui es-tu ? » est née très naturellement tout comme le titre sorti du cœur. Lors de mon 1er voyage, j’étais parfois déçu de ne pas comprendre plein de subtilités. Ma série documentaire explique les concepts essentiels de la culture japonaise aux internautes pour qu’ils puissent comprendre ce qu’ils découvriront une fois sur place en voyage. Par exemple, explorer un magnifique lieu de culte sans rien comprendre à sa spiritualité serait une visite vide de sens à mon goût.

Comment as-tu été contacté par la ville de Kanazawa ? Qu’attendent-ils de toi ?

La saison 1 de « Japon, qui es-tu ? » a été regardée sur YouTube et elle a tout simplement été repérée par le Japon lui-même qui a été très enthousiaste face au concept et à la réalisation. Le fait que cette série soit incarnée par son auteur leur a plu. Kanazawa allait être reliée par Tokyo par une nouvelle ligne de Train à Grande Vitesse au moment où on m’a proposé de venir tourner la saison 2. La proposition de poursuivre la série à partir de cette ville et sa région m’a bien évidemment plu.

Qu’attendent-ils de moi ? La demande a été très très claire dès le début : « Poursuivez la série Japon, qui es-tu ? avec cette signature David-Minh Tra » avec une liberté artistique totale.

Cette marque de confiance m’a rendu très fier. Alors je me suis lancé dans l’aventure.

Quel accueil les Japonais t’ont réservé ?

De manière générale, les japonais ont un accueil envers moi très… japonais : courbette, sourire, politesse, courtoisie. En un mot c’est très agréable.

Pour mon arrivée en tant que jeune Reporter/Réalisateur, cela a été évidemment très sympathique tout en étant bien sûr professionnel puisque j’ai été reçu comme invité officiel par les représentants de la ville de Kanazawa.

Même si on se doute que tu as aimé ton voyage, y a-t-il des choses que tu as moins aimées ?

Il est difficile pour moi de dire ce que je n’aime pas que ce soit au Japon ou un autre pays car en tant qu’étranger, j’accepte les choses telles qu’elles sont.

Sur le plan personnel, honnêtement, il n’y a rien qui me saute à l’esprit immédiatement donc, ce que je vais évoquer sont vraiment des petits détails qui ne m’ont pas trop plu.

Lors de tous mes séjours, j’ai été un peu destabilisé par la réserve des japonais. Je sens une certaine retenue. On peut appeler ça de la courtoisie, ou de la volonté de ne pas blesser l’interlocuteur mais comme je suis étranger, je préfère peut-être un peu plus de franchise. Mais ce n’est vraiment qu’un détail. Je pourrais éventuellement reprocher parfois leur « timidité » qui crée donc de la distance et donc lier une solide amitié peut sembler parfois difficile. Les japonais avec qui j’ai encore gardé contact sont des japonais qui s’intéressent aux cultures extérieures avec un esprit très ouvert. Ils sont donc parfois plus « citoyens du monde » que entièrement japonais.

Sur le plan professionnel, je les félicite totalement, leur comportement au travail est exemplaire mais j’avoue être parfois mal à l’aise devant autant de « perfection » et de retenue côté japonais. Moi-même, je ne suis pas parfait, j’aime me détendre, être fou, être créatif, me lâcher et ne donner aucune limite à ma créativité. Pour être concret, j’ai un exemple à donner. Sans vous révéler la scène, lors du tournage de « Japon, qui es-tu ? » saison 2, j’étais accompagné de 2 adorables représentantes officielles de la ville de Kanazawa. A un moment j’ai dû crier et me lâcher devant la caméra pour appuyer mes explications. Quand j’ai vu la jeune femme japonaise sourire mais affolée, j’ai eu un petit embarras. Elle voulait sûrement aller se cacher. Son attitude si kawaii m’a bien évidemment pas laissé indifférent. Mais qu’importe… j’étais là pour une mission précise et j’étais concentré sur mon objectif. La scène était parfaite et d’ailleurs j’ai même hâte de la révéler dans un prochain épisode.

DSC04317

Tes meilleures expériences/rencontres au Japon ?

J’en ai plein !

- Les 4 filles japonaises qui m’ont proposé spontanément de faire l’ascension du Mont Fuji alors que nous étions en pleine nuit, et que je suis un parfait inconnu. Je pense que mon simple sourire a souvent fait que je me suis vite connecté avec les gens du monde.

- Les responsables de la ville de Kanazawa… au bout de seulement 3 jours, j’ai eu l’impression d’avoir vécu 3 semaines avec ces 2 femmes tellement l’expérience a été intense !

- La jeune femme qui m’a accueilli à Wajima. J’avais l’impression que nous étions amis depuis 10 ans !

- La famille de pêcheurs à Wajima : une expérience incroyable. On ne parle pas la même langue mais on a su vivre des moments sublimes comme si j’étais dans leur famille.

- Les propriétaires de l’auberge Yogetsu à Kyoto : pareil, j’avais l’impression d’avoir vécu en famille. Je rentre le soir, c’était comme si j’avais un frère (le jeune propriétaire) qui me demandait si j’avais passé une bonne journée, je lui racontais mes anecdotes de tournage en solitaire à travers la ville.

- Une dame âgée et célibataire rencontrée dans le parc Yoyogi avec qui j’ai eu un regard très intéressant sur sa vision de la jeunesse actuelle, les technologies et la modernité qui tuent notre quotidien, elle m’a parlé de son point de vue sur le monde tel qu’on l’a conçu et les contradictions de l’Homme entre ce qu’il rejette et ce qu’il a créé lui-même : c’est la même chose.

- etc… etc… etc… il y a encore tant d’exemples. Bien sûr, je n’ai pas filmé certains moments car j’avais besoin de les vivre pleinement et je m’en souviendrai toute ma vie.

DSC01930

Ton Top 5 des endroits au Japon ?

5 ? C’est tout ? C’est difficile… et même impossible d’établir un vrai Top 5 alors spontanément, je dirais :

1) Se perdre sur l’île sacrée de Miyajima

2) Oublier la notion du temps à Kanazawa et ses maisons de thé

3) Se noyer dans la foule à Tokyo et observer une façon de vivre complètement déjantée.

4) Partir faire l’ascension du Mont Fuji de nuit pour voir le lever du soleil

5) Se perdre dans la nature comme à Shirakawago ou en haut du Mont Koya

DSC02479

Aimerais-tu vivre au Japon ?

Pourquoi pas, oui.

Tes conseils pour tous les gens qui vont découvrir le Japon pour la première fois ?

Mes conseils ? Si vous voulez vraiment vivre l’Aventure, partez au Japon sans trop élaborer un planning trop stricte et tout voir en détails sur internet. Car sinon, c’est comme regarder toutes les bande-annonces d’un film avant sa sortie. Le jour de la projection, vous n’aurez presque plus aucune surprise…

Avec quel matériel réalises-tu "Japon, qui est-tu ?"

- Un simple appareil photo compact hyper bien réglé pour la saison 1.

- Un caméscope haut de gamme pour la saison 2.

- Mon bras pour cadrer

- Mon corps pour les travellings et arrêter de respirer parfois pour bien stabiliser (oui c’est toute une technique !) ^^.

Selon toi, qu’est-ce qui fait le succès de Japon qui est tu ?

Ce qui plaît ? Je pense que c’est le fait d’incarner la série. Il y a des documentaires totalement en voix off où le spectateur ne peut pas s’immerger dans le voyage. Le fait de donner un point de vue très personnel du Japon plaît aussi. Le fait d’être impartial, de dire ce qui est bien et qui l’est moins.

Et l’effort constant sur plein de détails : la voix, la narration, la mise en situation, la qualité d’image, l’enchaînement des plans, la recherche d’harmonie entre le son, l’image et la voix. Et surtout le fait que cette série soit racontée en temps réel : je reporte vraiment les heures où j’ai tourné les scènes.

DSC01610

Tu as une communauté de fans grandissante qui t’adore. Qu’est-ce qui te différencie des autres Youtubeurs ?

Difficile de répondre à cette question. Il y a un nombre important de vidéos YouTube sur le Japon dans toutes les langues et notamment en français. Chacune a ses propres qualités. Ce qui nous différencie ? Notre personnalité. Tout simplement. Le reste nous réunit tous : notre passion pour le Japon.

Qu’espères-tu après le succès de ta série ? Qu’aimerais-tu faire ? De la télé ?

Je me concentre sur le présent : continuer à faire rêver les gens, véhiculer des messages positifs, réussir à produire un maximum d’épisodes pour la série documentaire « Japon, qui es-tu ? ». Aller encore plus loin dans la créativité. La suite ? Seul l’avenir le dira…

Ton prochain voyage ? Au Japon ?

Je suis allé plusieurs fois au Japon. J’ai visité plusieurs pays en Asie. Mon prochain voyage se fera en fonction de mon humeur et mon inspiration du moment car désormais je suis sûr d’une chose : tous les coins de la planète m’intéressent ! ;)

Un petit mot pour les lecteurs de DozoDomo ?

Très souvent, on peut se dire que 3000-4000 euros voire même 10,000 euros (une fois récoltés), c’est énorme pour réaliser un périple au Japon pour réaliser son rêve. Mais à combien s’élèverait le montant de vos regrets si vous n’avez toujours pas osé réaliser ce rêve à la fin de votre vie ?

Si vous avez le désir brûlant de voyager au Japon : foncez !

Redécouvrez le premier épisode de la première saison :

Le premier épisode de la deuxième saison :

Retrouvez toutes les vidéos de David-Minh Tra sur sa chaîne YouTube et suivez ses aventures sur son site officiel.

    DSC01207