• Entretien avec Kore Yamazaki, auteur de The Ancient Magus Bride

    samedi 11 juillet 2015 / Motoko

    Kore Yamazaki mangaka, dessinatrice et scénariste, a déjà plusieurs titres à son actif : Futari no Renai Shoka (2012), une romance façon tranche de vie, Mahou Tsukai no Yome (2013), une histoire fantastique entre romance et mystère, ou encore Frau Faust (2014), un josei supernaturel.

    En 2013, Kore Yamazaki a publié, au Japon, le manga The Ancient Magus Bride, dans le magazine Comic Blade. Le tome 1 de la série est sorti en France en mai 2015, aux éditions Komikku, et le tome 2 est sorti pour Japan Expo. Kore Yamazaki était l'invitée des éditions Komikku à Japan Expo et nous l'avons rencontrée.

    Comment êtes-vous devenu mangaka ?

    "J’avais l’habitude de poster mes illustrations et mes mangas amateurs sur un site japonais qui s’appelle Pixiv et qui est spécialisé dans l’illustration. Un jour un éditeur a vu mes dessins et ça lui a plu. Il m’a alors contacté pour que je collabore pour sa maison d’édition."

    Quels sont vos auteurs de mangas favoris et ceux qui vous ont influencé ?

    "Je ne vais pas vous faire une liste à la Prévert de tous les mangakas que j’aime. Si je devais en citer un seul ce serait Minagi Tokuichi, qui est un mangaka certainement inconnu en France, mais qui a écrit beaucoup de mangas sur les yôkai, les elfes, les contes et légendes de tous les pays. Il a beaucoup écrit sur le thème de la fantaisie et je dois dire que j’aime particulièrement ces livres."

    Pouvez-vous nous présenter The Ancient Magus Bride ?

    "C’est l’histoire de la rencontre entre Elias et Chisé. Elias est un magicien qui vit depuis très longtemps, mais qui ne connaît rien à l’humanité, puisque jusqu’à présent il ne l'a jamais fréquentée. Il va rencontrer, Chisé, une jeune fille qui n’a, jusqu’à maintenant, pas eu de chance dans ses relations avec les autres. C’est donc la rencontre de ces deux solitaires dans le monde de la magie."

    Le stand des éditions Komikku à Japan Expo @ Laetitia de Germon

    Le stand des éditions Komikku à Japan Expo © Laetitia de Germon

    The Ancient Magus Bride est un véritable phénomène au Japon, où déjà 2 millions d’exemplaires ont été vendus. La série est aussi la plus recommandée par les libraires japonais en 2015, et a reçu le 2e prix du Comic Natalie Taisho Grand Prize en 2014 et le 2e prix du Manga Ga Sugoi Prize en 2015. Comment expliquez-vous un tel engouement ?

    "Je n’ai pas d’explications objectives à donner, mais ces derniers temps il y a eu beaucoup de manga de baston, ou de shonen où le héros se bat pour atteindre son objectif.

    Mon manga n’a rien à voir avec cela. Il invite les gens à découvrir la diversité des genres, la diversité humaine, la diversité des sentiments. C’est peut-être cette différence, avec les mangas à la mode, qui a plu aux lecteurs."

    Votre manga rappelle un peu l'histoire de la Belle et la bête. Vous en êtes vous inspirée ?

    "Je ne peux pas dire que je me sois inspirée volontairement de la Belle et la bête, mais quand j’étais petite j’ai adorée l’anime de Disney. J’ai adoré ce dessin animé, mais pas la fin. La belle tombe amoureuse de la bête sous sa forme animale et moi je ne suis pas d’accord avec le fait que la bête se transforme en humain à la fin. J’aurais préféré que la bête ne devienne pas humaine, parce que c’est sous sa forme animale que la belle l’a aimée.

    Peut-être que cette frustration a mûri en moi et que c’est pour cela que j’ai voulu écrire un manga dans le sens qui me plaît."

    Dans votre manga, il y a beaucoup de références à la mythologie celte. Avez-vous fait des recherches particulières ?

    "Depuis que je suis petite j’adore les histoires de yôkai ou les personnages fantastiques occidentaux (elfes, monstres, magiciens…). J’ai toujours baigné dedans et un jour je suis tombée sur Harry Potter que j’ai adoré. J’ai tellement aimé que j’ai essayé de connaître ce milieu fantastique à fond et pour cela, j’ai fait des recherches. Je ne me suis pas spécifiquement renseignée pour commencer la série. Mes influences sont là et ont mûri en moi depuis longtemps."

    ancient

    Vous êtes une fan de fantasy. Quels sont vos oeuvres préférées ?

    L'Assistant du vampire, de Darren Shan

    La trilogie Neschan, de Ralf Isau

    Le maléfice, de Cliff McNish

    Harry Potter, de J. K. Rowling

    Le livre à l’origine du Château ambulant : Le Château de Hurle, de Diana Wynne Jones

    Dans votre manga vous dites vouloir essayer de nouvelles choses. Vers quoi vous dirigez-vous ?

    "Je vais continuer à étudier le monde de la fantasy car je ne veux pas me limiter à la littérature occidentale. J’aimerais parfaire mes connaissances sur les yôkai et, après avoir butiné dans plusieurs fleurs, pouvoir créer un miel qui serait un peu la synthèse de toutes mes connaissances."

    Merci à Kore Yamazaki, à Ryoko Akiyama pour la traduction et aux éditions Komikku