Myōchin, forgerons de père en fils depuis 800 ans

lundi 18 mai 2015 / par
navigatedown

Notre reporter photographe Yurina revient d'Himeji où, non loin du célèbre château, un autre endroit fait la renommée de la ville depuis plus de 800 ans. Cet endroit, c'est la demeure de la famille Myōchin.

Cette famille de forgeron a pendant de nombreux siècles fabriqué armures, casques et boucliers pour les guerriers de la région. A la fin du Japon féodal en 1868, les commandes s'amenuisant, le patriarche de l'époque décida de se tourner vers la forge de baguettes en fer, essentielles à l'époque pour notamment ajouter ou arranger le charbon pour faire du feu.

Au début des années 1960, la famille Myōchin doit faire face à une nouvelle crise, celle de la "révolution technologique" qui voit progressivement le charbon remplacé par le pétrole et du même coup l'utilisation de baguettes en fer drastiquement réduite.

C'est alors que Munemichi, Myōchin de 52e génération, eut l'idée de faire de ses baguettes en fer d'adorables carillons, les "hibashi fuurin".

Rapidement, les hibashi fuurin se sont "forgés" une grande réputation dans le monde entier. Utilisés non seulement comme carillon à l'entrée des maisons, ils le sont aussi comme un instrument de percussion, ou encore comme effet sonore dans le théâtre et le cinéma. En outre, au cours des dernières années, il ont été utilisés en  musicothérapie pour traiter la démence chez les personnes âgées. Sony, le géant japonais de la Hi-fi, en a même fait un élément incontournable pour tester la qualité sonore de ses produits.

Yurina a donc pu rencontrer cette fantastique famille dans son atelier traditionnel et nous a rapporté comme toujours de jolies images.