Le sable jaune de Chine frappe de nouveau le Japon

mercredi 25 février 2015 / Amandine Coyard

Une forte présence de sable jaune (黄砂, kōsa en japonais) et de matières particulaires est actuellement enregistrée sur l'île de Kyūshū et aux alentours d'Ōsaka.

Des tempêtes constituées de ces particules et de sable jaune causées par la pollution atmosphérique frappent annuellement le Japon et une grande partie de l'Asie, principalement la Corée. Elles proviennent en majorité de Chine et sont composées de fumée d'énergies fossiles ou de bois, ou créées lorsque des pesticides sont utilisés : nitrates, sulfates, composés chimiques, métaux, pollens ou encore moisissures se retrouvent dans ces nuages très nocifs.

Une exposition prolongée étant possiblement facteur de risques de cancer du poumon, et de manière plus répandue de problèmes respiratoires surtout chez les personnes allergiques, le gouvernement a fixé un seuil de 70 microgrammes de particules fines par mètre cube avant de déclencher des alertes sanitaires. Actuellement le taux observé de sable jaune est de 35 microgrammes par mètre cube, soit une exposition PM 2.5 selon l'échelle utilisée par les agences météorologiques.

Apparus dimanche et lundi, les premiers nuages de sable jaune et de particules ont touché Kyushu et la préfecture de Yamaguchi puis un peu plus tard les villes de Kōbe ou Tottori par exemple réduisant la visibilité de 5 à 10 kilomètres.

@Wikipédia

Exemple des dégâts d'une tempête de sable jaune Wikipédia

Même si les prévisions actuelles ne montrent plus de gros nuages de sable jaune sur le Japon, on attend un pic à partir de fin mars jusqu'à mi-avril comme au cours des années précédentes. Prudence donc si vous êtes allergiques, sortez le moins possible ou protégez votre nez, bouche et vos yeux quand ce sable jaune atteindra votre région. Vous pouvez suivre les prévisions sur trois jours sur cette page de l'agence météorologique japonaise.