• Tokyo 2020 : des véhicules à hydrogène seront utilisés pour le transport des athlètes

    mardi 13 mai 2014 / SoKeA Dam

    Le Japon souhaite réussir les jeux olympiques d’été offert à Tokyo et profiter de l’événement pour démontrer au monde entier que le pays est toujours en avance dans le domaine de la high-tech.
    Les organisateurs envisagent l’utilisation de navettes particulières pour transporter les valeureux athlètes qui participeront aux XXXIIe Olympiade de l'ère moderne du 24 juillet au 9 août 2020.
    Du village olympique à leurs terrains de jeu, les sportifs pourraient avoir à leurs dispositions des Toyota FCV.

    L’hydrogène alimente une pile à combustible dont la mission est de recharger en permanence des batteries électrique. Ces véhicules sont sans contexte la voie à emprunter pour l'avenir mais il faut que la technologie soit éprouvée.
    Un plein se fait en trois minutes, le véhicule possède une autonomie de plus 700 km, il est silencieux et ne rejette que de la vapeur d'eau.
    Aujourd'hui, le bilan carbone d’une pile à combustible est de 120 g/km de CO2 alors que celui d’une voiture électrique n’est que de 60 g/km.
    Hors taxes, pour une consommation de l’ordre de 1 kg pour 100 km, on estime que l’hydrogène devrait coûter à la pompe entre 7 et 10 euros le kg mais continuera de baisser.

    Encore à l’état de concept-car, la commercialisation de ces véhicules est prévue pour 2015 à des tarifs peu accessibles. Pour l’heure, le coût de la pile à combustible, à elle seule, approche les 50 000 euros.
    A l’horizon 2020, le constructeur nippon, déjà leader dans les véhicules a moteur hybrides, a pour objectif de les livrer aux environs de 20.000 euros et d’en écouler entre 5.000 et 10.000 unités par ans.

    Proposer de tel moyen de transport durant les Jeux olympiques et paralympiques en 2020 sera la meilleure publicité possible pour l'exportation du produit.
    La montée en régime des ventes de véhicules sera liée à la capacité de développement des infrastructures de distribution.
    Pour démontrer l’efficacité de la technologie, il faudra aussi mettre en place près d’une centaine de stations à hydrogène, ce qui engendrera de nombreux travaux dans les étroites rues de la capitale et aura un impact financier dans le budget des jeux et du pays. Une station coûte de 800 000 à 2 millions d’euros.

    Partagez

    1. C'est une très bonne initiative !
      Plus même que de montrer une image d'un pays à la pointe de la technologie, celà permet de montrer aux gens que malgré les récentes décisions liés au nucléaire, le pays pense aussi au futur en terme d'écologie et fait des efforts pour promouvoir l'image d'un pays vert.

    Les commentaires sont fermés.

    Vous devez vous identifier ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.