Kairaku-en, l'un des trois plus beaux parcs du Japon

mercredi 5 mars 2014 / Amandine Coyard

Mito, préfecture d'Ibaraki n'est pas une destination dont raffolent les touristes et pour cause, son statut de capitale du nattô ne fait rien pour attirer les visiteurs. Et pourtant, elle contient un des trois parcs publics les plus beaux du Japon aux côtés du Kouraku-en d'Okayama et du Kenroku-en de Kanazawa : le Kairaku-en où se déroule actuellement l'Ume Matsuri, ou festival des pruniers.

kairakuenmito

Promenade longeant le lac Senba, menant au Kairaku-en

Et oui, il n'y a pas que les cerisiers en fleurs qui ont le droit à leur moment de gloire au Japon. Précédant les périodes de hanami, les ume matsuri permettent de profiter des fleurs rose foncé qui pointent le bout de leurs pétales à la sortie de l'hiver. Le Kairaku-en possède une variété de 100 pruniers différents offrant aux visiteurs 3,000 fleurs lors de la pleine floraison sur une surface de 13 hectares, argument qui le fait entrer dans ce fameux palmarès des plus beaux parcs publics japonais.

kairakuenmito3

La floraison était à seulement 10% lors de notre visite

kairakuenmito7

Lentement, mais sûrement

kairakuenmito17

Lancez-vous dans les échoppes du matsuri et peut-être aurez-vous également la (mal)chance de vous voir donner un senbei au nattô

kairakuenmito4

Entre nous, ce singe a eu le droit a un sac complet de senbei au nattô

Côté historique, c'est Nariaki Tokugawa, daimyo (gouverneur féodal) du domaine de Mito à l'époque, qui fait de ce jardin un projet innovant et recherché. Le nom de celui-ci provient en effet du livre de Mencius, recueil de ses conversations avec Confucius, et en particulier de cette phrase : “Les anciens partageront les plaisirs avec le peuple, afin que ce plaisir soit chaleureux et profond”, en découle le nom du jardin 偕楽園 ou jardin où l'on peut partager le plaisir d'y être avec les autres. Le jardin était en outre destiné aux gouverneurs et guerriers, mais surtout construit de manière à ce que tout un chacun puisse en profiter. Ouvert en 1842, il mêle traditions japonaises et modernité dans ses arrangements, le pays étant en pleine période d'ouverture à l'époque.

kairakuenmito6

Entrée est du Kairaku-en

L'accès y est gratuit et vous pourrez y découvrir un champ impressionnant de pruniers, une forêt de bambous, des cèdres ou encore des treillis de glycines. Si vous avez la chance de vous trouver sur place durant le hanami, vous ne pourrez pas manquer la vue sur Sakurajima, montagne aux cerisiers, située face au jardin.

kairakuenmito9

Classique mais toujours impressionnante forêt de bambous

La fleur de prunier est le premier signe de l'arrivée du printemps, mais cet arbre possédait également un sens pratique à l'époque puisque les fruits vinaigrés -umeboshi- servaient de nourriture d'urgence pendant les situations de famine ou de guerre. Séduit par cet arbre à la fois esthétique et utile, Nariaki décida d'en garnir son jardin.

kairakuenmito8

A voir pendant la floraison

Mais le Kairaku-en renferme également une petite merveille architecturale : le Kobuntei, résidence dédiée aux arts sous toutes leurs formes dont les différentes salles sont décorées afin de faire patienter les hôtes de la plus belles manière qui soit. Kobun est également un autre nom de la prune provenant du chinois ancien, autre référence aux nombreux pruniers du jardin. Vous pourrez le visiter pour ¥190.

kairakuenmito10

Entrée du Kobuntei

kairakuenmito11

Momo no ma, salle du pêcher où le repas était préparé

kairakuenmito12

Ume no ma, salle des pruniers

Près de la station de train Mito au centre-ville, vous pourrez découvrir un autre jardin contenant une école particulière : le Kodokan, qui était une école destinée aux membres du clan Mito. Mathématiques, arts militaires, terrains équestres, observation médicale ou astronomique... tout était passé en revue afin de fournir la meilleure éducation possible. Fermée en 1872, une partie du Kodokan a survécu à la guerre et peut également se visiter. Selon Nariaki, l'inspiration principale pour la construction de ce jardin et son contenu est la citation “Tension et Relaxation” provenant elle aussi de Confucius, le Classique des Rites affirmant à ce sujet que la vie ne peut être constituée uniquement de moment intenses et condensés, le calme devant s'y faire également une place de temps à autres. Là où le Kairaku-en représente le calme et la relaxation, le Kodokan représente donc la tension et l'occupation qui s'y oppose.

N'oubliez surtout pas de faire votre petit tampon du Kairaku-en !

kairakuenmito18

Tarifs :
Entrée du Kairaku-en gratuite
Pour le Kobuntei : ¥190 pour les adultes, ¥100 pour les étudiants jusqu'au lycée.

Horaires :
Pas de jour de fermeture
6h ~ 19h du 20 février au 30 septembre
7h ~ 18h du 1er octobre au 19 février

Adresses :
Kairaku-en, 1-1251 Migawa, Mito
Kodokan, 1-6-29 Sannomaru, Mito

Accès :
Arrêt de train Mito et Kairaku-en, sur la Joban Line
Bus en provenance de l'arrêt de train Mito
Ballade le long du lac Senba de la gare jusqu'au parc, en sortant de la gare côté Nord, prendre tout droit jusqu'à la rivière puis la longer en partant vers la droite, le parc sera sur votre droite à la fin de la promenade. N'oubliez pas de passer à l'office du tourisme dans la gare afin de prendre des cartes et dépliants sur la ville et les parcs.