Architecture

La maison par Kengo Kuma à Taiki-cho

meme (1)meme (2) A Taiki-cho, au nord de l'archipel japonais, sur l’ile d’Hokkaido, sur le site de 18.5 hectares d'un ancien ranch, se trouve Meme Meadows, un centre de recherche en technologie de l'environnement qui étudie les conditions climatiques de la région.
En son sein, a été concrétisée l’une des propositions les plus radicales du célèbre architecte japonais Kengo Kuma avec l'appui technique du Laboratoire Yashiro Tomonari et de l'Université de l'Institut de sciences industrielles de Tokyo: une maison expérimentale partie intégrante d’une série de conceptions résidentielles innovantes pour des conditions climatiques extrêmes comprenant aussi un restaurant et un espace de vie communal polyvalent.

big_405634_7776_2982

big_405634_6213_7a7

big_405634_9119_1a54

big_405634_8616_9a6

Faire face au climat est l’un des principes fondamentaux de l’architecture.
Ce dogme est intimement lié aux avancées technologiques contemporaines, mais aussi inhérent à une poursuite de la connaissance de pratiques plus anciennes.

big_405634_4846_3953meme Contrairement aux étés chauds et humides et les hivers doux et chauds de Honshu, l'île principale du Japon, Hokkaido est connu pour ses étés secs et frais et ses hivers glacés.
Cette maison, d’une surface habitable de 80m², est une réinterprétation de la traditionnelle maison aïnoue appelée Chise.
Les Aïnous, premiers habitants de l’île, ont créé, pour ce climat rigoureux du nord du Japon, un logement traditionnel en terre entièrement enveloppé d'une épaisse couche d'herbe sèche et au sol d'un tapis de quenouilles posé directement sur la terre pour l'isolation thermique. C’est dans l'accumulation de la chaleur dégagée par la cheminée, espace central qui organise la maison autour d’elle, qui brûle en permanence et l’absorption de l’énergie par la superposition d'épaisseur des matériaux que réside l’efficacité thermique de la maison aïnoue.La maison de Kengo Kuma est bâtie sur le même principe de la superposition de matériaux pour isoler la maison et de la cheminée centrale pour la chauffer mais intègre des technologies de chauffages géothermiques plus avancées, de circulation de l'air chaud et un système de stockage de chaleur. Il n’est donc pas nécessaire de la chauffer continuellement.
Tout comme l'herbe sèche de la maison aïnoue qui retient la chaleur, la masse d’air qui circule entre les membranes monte jusqu'au toit gardant l'ensemble du bâtiment continuellement au chaud. Le plancher radiant garde la chaleur du sol. La maison est une membre à part entière de son environnement, en s’adaptant au gré des saisons répondant aux moindres changements de conditions climatiques.

La maison est divisée avec un minimum de cloisons de séparation et des rideaux. La fluidité singulière de l'espace permet des courants de convection de l'air produits par la cheminée et le plancher rayonnant de chauffer facilement tous les espaces de vie.
L'espace intérieur est parfaitement divisé en trois parties, l’entrée et la salle de bains d’un côté de la maison, et une chambre à coucher avec un bureau sur le côté opposé, interconnectés par un salon et une salle à manger centrale ouverte.

big_405634_2405_6454

big_405634_3397_5723

big_405634_3965_4856

Construite autour d’une structure en bois de mélèze de la région, la maison est recouverte d’une épaisse couche d’isolant de polyester faite à partir de bouteilles de PET recyclées placée entre le revêtement de polycarbonate de l’extérieur et le tissu amovible de fibre de verre de l’intérieur.
Ces membranes laissant filtrer la lumière exposent la structure en bois et créent l'atmosphère lumineuse particulière souhaitée par ses concepteurs : synchroniser son rythme de vie avec celui du soleil. Sous les rayons de l’astre du jour, les composants translucides permettent à la lumière de créer une lueur diffuse. L'intérieur bénéficie d'un espace parfaitement éclairé. En hiver, la nuit tombée, la maison est tamisée par les halos lunaires et de l'intérieur par la cheminée et des tubes fluorescents logés dans les contours inférieurs de la maison, entre les membranes. Aucun autres luminaires n’est présent dans la maison, car ils génèreraient des ombres indélicates dans cette ambiance subtile et nuancée.

memumeadows_15

Architecture
Sélection de la rédaction