Chez nous

Albator et son créateur envahissent l'Espace Japon de Paris jusqu'au 9 novembre

Le centre culturel Espace Japon (12 rue de Nancy, Paris 10°) présente Le Monde de Leiji Matsumoto jusqu’au 9 novembre 2013, une exposition dédiée à Leiji Matsumoto. Un voyage dans l'univers du père d’Albator (Captain Harlock) à travers des gravures originales, des manuscrits, des dessins… Certaines de ses planches sont en vente. De quoi attendre patiemment la sortie sur grand écran du film de Shinji Aramaki, Captain Harlock Space Pirate.

 

Les débuts

Leiji Matsumoto, de son vrai nom Akira Matsumoto, est né en 1938 à Kurume dans le département de Fukuoka, et vit actuellement à Nerima au Japon avec sa femme Miyako Maki (Genji monogatari), elle aussi mangaka. Considéré comme l'un des grands maîtres du manga et de l'animation au Japon, il totalise 200 volumes reliés de ses oeuvres et a travaillé sur plus de 50 films d'animation.

C’est à six ans que Leiji Matsumoto dessine son premier manga, Sous-marin 13, inspiré par les dessins animés de Walt Disney et par le style d'Osamu Tesuka. A 15 ans, il participe à un concours organisé par le magazine Manga Shônen. Son manga Mitsubachi no bôken (Les aventures d'une abeille) fait partie des récits primés. Il est publié en février 1954 dans Manga Shônen.

Cette consécration va lui permettre de publier plusieurs mangas dans ce magazine, toujours de son vrai nom. A partir de 1965, il commence à utiliser un nom d'emprunt : Leiji Matsumoto.

Albator - Leiji Matsumoto @ Motoko

 

Un touche à tout

Au début de sa carrière, Leiji Matsumoto va s’essayer à plusieurs styles : contributeur de périodiques solidement établis comme Shôjo, Hinomaru ou Shôjo Club, il s’intéresse également à la l’humour (Otoko oidon, manga pour lequel il reçoit le Prix culturel Kôdansha), au récit de guerre, au western, et à la science-fiction.

En 1968, Sexaroïd, son premier manga de science-fiction, remporte un énorme succès et permet à Leiji de se consacrer ce qu’il aime vraiment. Il publie très rapidement Space Battleship Yamato (1974, inédit en français), Galaxy Express 999 (Ginga Tetsudo 999, 1977) et Capitaine Albator (Captain Harlock, 1978) qui seront des succès internationaux.

En 2003, il participe à la réalisation du film musical Interstella 5555, composé de 14 clips issus de l'album Discovery, écrits et composés par Daft Punk.

En janvier 2013, il a fêté ses soixante ans de carrière. A cette occasion, le festival d'Angoulême a rendu visite au maître japonais dans son studio de la région de Tôkyô.

[youtube]http://youtu.be/0wKEFd6ERjA[/youtube]

Chez nous
Sélection de la rédaction