Revue de Web

Le (presque) paradis des lapins existe et il se trouve à Okunoshima

Dans la préfecture d'Hiroshima, sur la mer intérieure de Seto, juste à quelques miles au large de la côte de Takehara, se trouve la petite île d'Okunoshima. D'une circonférence d'un peu plus de 4 kilomètres, elle accueille plus de 100.000 touristes tous les ans, attirés par la beauté du site qu'il est possible de parcourir à vélo, mais surtout pour nourrir et caresser les lapins qui y vivent en toute liberté. Surnommée Rabbit Island, cette île abrite plus de trois cents lapins avides de l'attention des nombreux touristes venus à leurs rencontres.

Okunoshima (24)

 

 

Un sombre et triste passé

Les mauvaises langues appellent l’île "Doku gaz shima" (毒ガス 島), l’île du gaz toxique. Oui, car bien avant qu'Okunoshima ne devienne un paradis pour lapin, l’île servait de base pour la production de gaz mortel pour l'armée impériale.

De 1929 à 1945, plus de 6000 tonnes de gaz toxique, y ont été fabriquées et ce, dans le plus grand des secrets. Durant ces 16 années, Okunoshima avait été effacée de toutes cartes. Notez que le Japon avait signé le Protocole de Genève de 1925 qui interdit l'utilisation d'armes chimiques et biologiques. L’île avait principalement produit du gaz moutarde utilisé dans la guerre en Chine, tuant environ 80.000 soldats et civils chinois selon l'historien Chi Hsueh-jen.

Les bâtiments et structures qui abritaient les usines ont été abandonnés depuis longtemps et il est possible de les visiter. Aujourd'hui, la nature a repris le dessus. Les vignes serpentent les murs délabrés et les insectes y cherchent refuge.

L'île est plus connue pour sa faune et la beauté de ses sites touristiques que pour son triste passé, mais son héritage militaire na pas été oubliée pour autant. En plus de ses parcs et vestiges de l'ère Meiji, Okunoshima abrite également le musée du gaz toxique et probablement de faibles et résiduelles mais persistantes traces de contamination chimique localisées sur quelques sites où serait toujours enterré du gaz.

Okunoshima-0 @wikipédia Okunoshima-1 @wikipédia

 

 

Le paradis perdu des lapins ?

Selon différentes sources, les lapins qui vivent à Okunoshima sont les fiers descendants de cobayes utilisés pour tester les effets du poison et libérés par les travailleurs à la fin de la Seconde Guerre mondiale. D'autres sources affirment qu'un groupe d'écoliers, lors d'un voyage sur l’île, en 1971, en avaient libérés huit d'entres eux.

Indépendamment de la façon dont l'île a obtenu son surnom, la première génération de ces rongeurs aux longues oreilles a fait ce que les lapins savent faire de mieux, et sur cette île sans prédateurs, la population n'a fait que croître. Serpents, renards, fouines, chats et rats ayant été systématiquement éradiqués durant la période de production des usines chimiques. D'ailleurs chiens et chats sont interdits sur l’île.

Vous n'avez pas à chercher les lapins ... ce sont eux qui courent vers vous !

Bien qu'ils soient sauvages, la plupart de ces lapins habitués aux humains sont dociles et abordent les touristes le plus naturellement du monde, toujours à la recherche d'une petite collation, surtout pendant les mois d'hiver, lorsque les sources alimentaires naturelles sont rares. Ces doux et moelleux insulaires apprécient tout ce que les touristes peuvent leurs apporter, carottes, choux et rations alimentaires vendues dans l'unique hôtel de l’île géré par le gouvernement.

La station a connu une forte augmentation du nombre de visiteurs depuis la découverte de ses résidents à fourrure. Merci Internet. Certains voyagistes ont profité de cette popularité pour proposer des tours organisés, comme celui de Rakuten, appelé "Jouons avec les lapins!".

C'est sûr, au Japon, les amoureux des animaux ont de quoi contenter leurs besoins de câlins.

 

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=YTeJRt3cpnY[/youtube]

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=-lGo__gtQ6w[/youtube]

 

Si jamais vous êtes tentés de passer un séjour sur Okunoshima, et que vous n'avez pas peur d’êtres hantés par des fantômes de victimes de guerre chinois, de ceux des travailleurs japonais mort sur l’île ou de ceux des lapins de laboratoire, soyez prévenus que l’endroit est devenue assez populaire depuis plusieurs années et il semble qu'une réservation quelques semaines à l'avance soit plus que recommandée.

Pour arriver à Okunoshima, prenez le Sanyo Shinkansen jusqu'à la gare de Mihara, changez pour la ligne Kure et descendez à la station Tadanoumi. De là, il y a 12 minutes de ferry vers Okunoshima. Pour en savoir plus à propos de Rabbit Island, visitez le site (en japonais) de l'hôtel Kyukamura.

Revue de Web
Sélection de la rédaction