• Ichigo daifuku, la fraise et le haricot stars de l'hiver

    mardi 19 février 2013 / Vincent Ricci

    Ce n'est pas le titre d'une fable de La Fontaine ignorée, mais la fraise et la pâte de haricot rouge (anko) sont bien les deux ingrédients principaux du daifuku à la fraise (ichigo daifuku). Le daifuku est un mochi, une pâte de riz, fourrée le plus souvent donc au anko et dans lequel on peut faire rentrer une fraise ou d'autres fruits.

    A Tokyo, on peut en trouver un peu partout, mais les plus connus sont peut-être ceux que l'on achète chez Akebono dans le quartier de Ginza.

    Les daifuku au même titre que d'autres pâtisseries japonaises sont appelés wagashi (de "wa" 和 japonais et "kashi" 菓子 sucrerie, gâteau).

    akebono daifukuakebono daifukuakebono daifuku

    Un ichigo daifuku coûte ici 273 yens soit 2,20 euros. Cela peut paraître cher, mais essayez déjà d'en manger un et vous verrez. Le fait que le daifuku ne soit que de la pâte peut rapidement le rendre indigeste si vous en mangez plusieurs à la suite. Cela reste tout de même délicieux.

    akebono daifukuakebono daifukuakebono daifukuakebono daifukuakebono daifuku

    C'est mou, gluant, sucré, mais tellement bon ! Idéal pour le petit creux de 16 heures !

    akebono daifukuakebono daifuku