• Cuisses de pub

    mercredi 23 janvier 2013 / Vincent Ricci

    On le sait, le Japon a toujours été à la pointe de l'innovation en matière de publicité. Après vous avoir présenté notamment les hôtesses de l'air sandwich, voilà qu'une agence lance la cuisse publicitaire.

    Moyennant tout de même 10,000 yens, soit environ 85 euros, des marques peuvent "louer" le petit emplacement situé entre le haut de la chaussette montante et la bas de la jupe plissée, qu'il faudra donc porter remontée, pour y apposer un sticker. Au Japon, cette zone fantasmée par tous les mecs s'appelle "zettai ryouiki", la zone absolue. Évidemment, toutes les demoiselles ne sont pas éligibles pour devenir cuisse à fric. Il faut pour cela qu'elle soit âgée d'au moins de 18 ans (il n'y a pas de limite, mais je ne veux pas imaginer ce que cela pourrait donner passé un certain âge), et d'être active sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter où 20 followers minimum sont requis. A la fin de sa journée de "travail", la jeune fille devra obligatoirement poster des photos de sa cuisse sur les réseaux sociaux.

    Alors, qu'en penser ? Amusant ou dégradant ?

    Les Japonaises elles, s'en amusent. Le millier d'inscrites apprécient l'attention que leur portent les passants qu'elles croisent dans la rue et leur popularité grandissante sur les réseaux sociaux. « Tout le monde autour de moi me prête beaucoup d'attention quand je me promène avec le sticker collé sur le haut de ma cuisse ; je pense que beaucoup trouve ça drôle, d'autant plus quand je porte mes chaussettes hautes », s'amuse ainsi Nakamura Ami, une étudiante de 21 ans.

     

    19bf020253 e5e3ebe7 1618b199 zettaipr2 zettaipr