• Idée de cadeau : un grand whisky Japonais

    dimanche 9 décembre 2012 / SoKeA Dam

    On estime l'origine de cette eau de vie nommé whisky a longtemps après Jésus-christ. Écossais et Irlandais s'en disputent la paternité.

    Le whisky japonais, quant à lui, est né grâce à Masataka Taketsuru qui l'a lancé chez Kotobukiya (qui deviendra Suntory) en 1920 puis quelques années plus tard avec sa propre société qu'il nommera Nikka. Suntory et Nikka se partagent, aujourd'hui, presque l'ensemble du marché du whisky japonais mondial mais ils restent loin derrière les whiskys Écossais en termes de volumes. Par exemple, la France est le second importateur mondial de whisky japonais avec un peu moins de 3 millions de litres mais nous sommes surtout les premiers consommateurs de whisky écossais single malt, avec 135 millions de bouteilles par an. Un vrai fossé.

    Si le whisky écossais est de tradition fort et costaud avec une légère amertume en finale ; le whisky japonais, est un spiritueux que certains qualifieront pour femme, un peu comme la bière japonaise qui est bien plus légère que celles que venant de nos amis belges.

    Le whisky japonais est plus accessible, subtil, fin et complexe que le scotch en termes de goût et propose une note finale douce et moelleuse. Le marketing et le packaging aussi est pris en considération. Les bouteilles sont extrêmement étudiés dans leurs formes et leurs couleurs.

    N'en déplaise aux puristes, le whisky japonais ne manque pas de qualité. Pour preuve. Le World Whiskies Awards of London, organisé par Whisky Magazine, récompense les meilleurs spiritueux du monde. Depuis plusieurs années, les écossais et les Irlandais boudent un peu car les japonais raflent tous les titres et ils obtiennent presque toujours le trophée phare de la cérémonie.

    Cette année le prix très convoité de meilleur whisky single malt (provenant d’une seule distillerie) a été décerné a une bouteille qui se place au sommet de la gamme Yamazaki de Suntory. Elaborés par la plus ancienne distillerie du Japon, les single malt Yamazaki sont la combinaison parfaite entre savoir-faire écossais et raffinement japonais.

    Le Yamazaki 25 est un single malt de 25 ans d'âge vieilli aussi en fûts de sherry dans la plus pure tradition des vieux single malts. Intense et riche, il se déguste durant des heures, en digestif. Et malgré son prix qui approche les 800 euros, on le trouve très rarement en boutique. Notez que les bouteilles sont numérotées.

    Le Taketsuru 17 ans d'âge de Nikka a été élu meilleur whisky du monde blended 2012. Cette version rend hommage à son fondateur Masataka Taketsuru avec un assemblage de single malts vieillis en fût de sherry dont les accents sont inspirés des vieux whiskys du speyside.

    Vous pouvez en trouver chez un grand spécialiste du whisky à Paris comme la maison du whisky pour une centaine d'euros.

    Pour finir, dans cette petite sélection, j'ajouterais le SUNTORY 17 ans Hibiki 43%, star de cinéma dans le film "Lost in translation", le plus prestigieux blend de Suntory qui est lui aussi disponible pour une centaine d'euros.