Tōkyō

Tōkyō by night

La journée, Tokyo est une ville noyée dans le gris. Une architecture moderne perdue entre les années 70 et 90, aucune uniformité et des câbles électriques. Beaucoup de câbles. C'est la nuit tombée que Tōkyō devient réellement magique. En s'habillant des milliers de couleurs qui revêtent les façades de magasins, la ville nous plonge dans un univers fantasmagorique à mi-chemin entre le jeu vidéo et le délire post-épileptique. Visite guidée.


SHIBUYA

Le quartier de Shibuya, c'est la grande claque que l'on prend lors de notre premier séjour au Japon. Des ruelles survitaminées au néon, une foule délirante et l'impression folle que ça ne s'arrêtera jamais. Et effectivement ça ne s'arrête pour ainsi dire jamais car Shibuya, ce sont des dizaines de karaoke, de boîtes de nuit, et des restaurants par centaine ouverts toute la nuit.


SHINJUKU

La nuit tombée, Shinjuku est davantage connu pour son quartier chaud du Kabuki-cho que pour son magnifique parc. Du côté de Shinjuku san-chōme, beaucoup de boutiques restent ouvertes tard le soir, généralement jusque 22h. De l'autre côté de la voie ferrée, le quartier d'affaires avec la "mairie" de Tōkyō, espèce de Notre-Dame de Paris moderne d'où l'on peut, via son observatoire, admirer gratuitement un panorama de toute la ville.

GINZA
Ginza, mon amour. En voisin que je suis, je me balade régulièrement dans ce quartier où les grands magasins font la loi depuis plusieurs siècles. Un peu plus loin, vers les stations Hibiya et Yurakuchō, les magasins, restaurants et karaoke pullulent. A partir de 22 heures, le quartier se vide progressivement. Vers minuit, tous les éclairages des magasins s'éteignent et plongent l'avenue centrale dans le noir quasi-complet.
AKIHABARA
Akiba, la nuit, dort. Ce fut l'une de mes grandes surprises. Contrairement à Shibuya et Shinjuku qui grouillent 24 heures sur 24, l'Electric City, passées vingt heures, ferme boutique. Il reste bien ça et là des game centers et des maid cafes ouverts toute la nuit, mais à ces heures, on a davantage le sentiment d'arpenter une ville fantôme que d'être dans la plus grande mégalopole du Monde.

Sur la photo ci-dessus, à gauche, la Hills Mori Tower de Roppongi et à droite, la Tōkyō Tower.


ASAKUSA


SHIODOME / SHINBASHI


Tōkyō
Sélection de la rédaction