Boisson

Oasis urbains

Ah, les 自動販売機 ! Comment vivrions nous sans eux?

Les jidouhanbaiki est le nom japonais des distributeurs automatiques, en majorité de boissons, que l'on trouve tous les dix mètres à Tōkyō. Directement sur le trottoir, dans les entrées d'immeuble, dans le métro, dans les parcs, enfin partout !

A moins d'avoir déjà mis les pieds au Japon, on ne peut pas véritablement se rendre compte de cette omniprésence.

Il y en a quasiment un à chaque pied d'immeuble.

Dans ces distributeurs on trouve aussi bien des boissons froides que chaudes.

Récemment, j'ai pris un chocolat chaud dans une canette. Bizarre.

Le prix des boissons varie entre 100 yens pour une bouteille d'eau et jusque 150 pour les boissons énergétiques par exemple.

Cela fait environ de 80 centimes à 1,20€.

Chaque compagnie de boissons s'est évidemment engouffrée dans ce juteux marché des distributeurs. Citons pèle-mêle Suntory, Asahi, Kirin, et l'inévitable Coca-Cola. Ainsi, chaque marque propose des produits différents.

En Europe, t'as pas de pièces, tu peux mourir de soif. Lors de mon dernier retour en France, sans carte bleue, je n'avais que des espèces, et bien, impossible d'acheter mon ticket de métro. Ici, on peut payer avec des billets et ça paraît logique.

distributeur de bière

Une petite bière pour la route ?

distributeur de bière 2

Des distributeurs de cigarettes ! C'est pas le rêve pour les intoxiqués ?

Il faut savoir que pour pouvoir acheter des cigarettes, il faut avoir 20 ans. Et contrairement en France où les buralistes ferment les yeux,vous imaginez qu'ici, ça ne marche pas de la même manière. Ainsi, depuis 2008, pour acheter directement au distributeur, il faut être titulaire d'une carte magnétique (Taspo card) délivrée gratuitement, mais uniquement aux personnes âgées de 20 et plus.

Il existe également des distributeurs, beaucoup moins nombreux, de nourriture, de livres ou encore de crèmes glacées.

Boisson
Sélection de la rédaction