• Le mikoshi, l'arme ultime des Japonais pour protéger leurs quartiers

    Vers l'infini et au-delà...
    jeudi 6 mai 2010 / Vincent Ricci

    La relation qu'entretiennent les Japonais avec la religion est assez complexe à définir. Par définition, tout les Japonais naissent shinto. Certaines familles se sentent néanmoins plus proches des philosophies bouddhistes. En réalité, les Japonais sont plus superstitieux que religieux. Evidemment, ils se rendent assez souvent aux temples pour prier certaines divinités mais la religion semble avoir une place relativement mineure dans leur vie. En tout état de cause, elle reste dans la sphère strictement privée. Aujourd'hui, je vous propose de découvrir une fête très populaire de la tradition shinto. Le mikoshi est le nom donné à ce "temple" miniature que ses fidèles portent et font défiler dans leur quartier en espérant s'attirer les grâces de la divinité incarnée en lui. L'un des plus célèbres matsuri où paradent des mikoshi est celui de Kawasaki où des transsexuels hissent des pénis en bois géants.

    La préparation du mikoshi est importante et se déroule en trois étapes :

    1. Les prêtres placent la relique du sanctuaire, incarnation physique de la divinité (kami), dans le mikoshi. Ils portent pour cela des masques et des gants pour ne pas souiller le kami.

    2. Le prêtre principal prononce ensuite les incantations sacrées et appelle le kami à s'incarner dans le mikoshi.

    3. Il scelle enfin le mikoshi, qui est ensuite transporté à travers tout le quartier pour attirer la bénédiction du dieu.

    En regardant les vidéos en bas de l'article, vous pourrez vous rendre compte de l'effort consenti par les fidèles porteurs.

    Qui plus est, certains d'entre eux ont pour rôle d'essayer de freiner le cortège. Un très agréable moment à vivre et une convivialité qui surprend dans un pays où les rapports humains sont si codifiés.