• Matsuya, le very fast food

    vendredi 19 février 2010 / Vincent Ricci

    Tokyo est la ville au monde où se trouvent le plus de restaurants étoilés par le Guide Michelin.
    Pour autant, ce sont les fast food qui tirent le mieux leur épingle du jeu. Avec des prix allant de 2 à 5 euros, leur succès n'étonne plus personne.
    En 2012, la restauration était la deuxième industrie du Japon derrière le pachinko (flipper/machine à sous japonaise). Ce dernier générait l'an passé plus de 250 milliards d'euros de chiffre d'affaires, une fois et demie l'industrie automobile locale.

    Mais revenons à nos assiettes, ou plutôt à nos bols. Des restaurants dans cette ville, il y en a tous le 20 mètres. Des bons et des moins bons. J'ai décidé aujourd'hui de vous parler de Matsuya, une chaîne que l'on trouve à "tous les coins de rue", spécialisée notamment dans les gyūdon et où nous avons nos habitudes. Les deux autres grandes enseignes de gyūdon sont Yoshinoya et Sukiya.

    Le Gyūdon ou 牛丼, parfois 牛めし est un plat à base de bœuf, de riz et d'oignons. On peut y ajouter un œuf, du gingembre et de la sauce soja bien entendu.

    En général, ce sont surtout des hommes qui viennent manger dans ces restaurants. Il n'y reste en moyenne pas plus de 10 minutes.

    D'aspect pour le moins particulier, il est très populaire chez toutes les générations de japonais. Très peu cher, rapide à faire, et vraiment bon, le gyūdon est, bien plus que les sushis, une véritable spécialité locale.

    Chez Matsuya comme dans une majorité de fast food bien japonais, on paye avant de manger auprès d'une borne située à l'entrée. Après avoir insérer votre argent, vous choisissez votre plat parmi tous les boutons. Résultat : un gain de temps pour les effectifs, qui ne s'occupent que de la cuisine et du service, et ne sont jamais en contact avec l'argent.

    Les employés de ce genre de restaurant sont, comme en France, assez exploités. Leur nom en japonais en est le symbole, arbeito, de l'allemand arbeit, travail. Ce sont en général des étudiants, prêts à travailler à n'importe quelle heure. Car j'oubliais de mentionner qu'une particularité bien japonaise est que nombreux sont les restaurants ouverts 24 heures sur 24 ! Attention, pas 24/24 comme parfois à Paris, où ils ferment à 2 heures du matin pour rouvrir à 6 heures. Non vraiment 24/24, 7 jours sur 7 ! Du coup, en allant bosser le matin, vous croiserez des hommes d'affaires ou des étudiants manger un riz au curry ou un gyūdon. Délicieux...

    Chez Matsuya, l'ambiance est assez froide, contrairement à la température plutôt chaleureuse. Tout le monde mange autour de la même "table" mais personne ne se regarde ni se parle. Ils ont tous leur tête dans leur bol, et en 10 minutes maxi, ils sont repartis.

    Pour l'équivalent de 2,70 euros, on vous sert en 30 secondes un bol de gyūdon, une soupe miso bien chaude, et un verre de thé. Si vous avez les moyens ou simplement des goûts de luxe, vous pouvez agrémenter votre repas d'une salade verte sur un lit de mais et de concombre pour 80 centimes.

    D'une manière générale, les établissement sont bien tenus. Propreté irréprochable, accueil japonais (accueil japonais ça veut dire : Bienvenue, Merci d'être le bienvenu, Bienvenue à votre siège, Je vous prie de m'excuser de vous remercier, etc. Je caricature mais alors juste un peu !), et cuisine de bon aloi. Mais plus que de longs discours, je préfère laisser parler les images. Régalez-vous !