Akihabara, Electric City

jeudi 21 janvier 2010 /

Akihabara est pour toute personne de moins de 30 ans un véritable mythe. Temple de la culture pop japonaise, ce district tokyoite forme une ville dans la ville. Sur plusieurs kilomètres, les boutiques d'électronique, d'informatique et les salles de jeux rivalisent d'ingéniosité pour attirer le chaland. C'est à qui offrira les 10 mètres de câble le moins cher ! Akihabara c'est aussi l'endroit où vous croiserez des jeunes filles en soubrette prête à vous accueillir dans leur café (Maid cafe) à coup de "Bonjour mon maître. Que puis-je faire pour vous rendre la journée agréable ?" Attention, ici, tout reste propre et courtois. Pas question de toucher à la jeune fille ! Et puis, Akihabara, c'est aussi le quartier général du groupe qui fait fureur en ce moment, les AKB48. 48 filles de 12 à 23 ans qui dansent, chantent et passent très souvent à la TV. On appelle ce genre "d'artistes" des idoles. Rien à voir avec les idoles yé-yé des années 60 car ici leur public est le même que Tintin. De 7 à 77 ans. On y reviendra dans un dossier spécial très bientôt.

Comme c'est le cas dans toutes les grandes artères de la ville, l'affichage publicitaire tient une place prépondérante. Chose très particulière à Tokyo, une grande majorité de boutiques n'ont pas d'accès à la rue. Pour y accéder il faut impérativement entrer dans les immeubles et monter via les escalators dans les étages. Parfois jusqu'au 8ème étage. C'est la raison pour laquelle ces boutiques "s'affichent" sur les murs avec de grands panneaux verticaux. Il faut bien vivre ma p'tite dame !

Akihabara, on y retournera c'est sûr. Ne serait-ce que pour assister à une représentation des AKB48. Et puis le jour où on aura besoin du dernier gadget, on sait qu'on le trouvera à coup sûr dans ce paradis du grand n'importe quoi.

akiba