Tourisme

Les anecdotes les plus étonnantes qui vous sont arrivées au Japon

Le weekend dernier, nous vous proposions sur notre page Facebook de partager avec nous les histoires les plus étonnantes, amusantes, improbables, qui vous soient arrivées lors de vos séjours au Japon. Merci à tout ceux qui ont participer.

Voici une sélection des meilleures histoires :

Les plus "Lost in translation"

par Yen Phan Sylvand

Quand on a mis notre linge à laver dans la machine de l'hôtel, sans rien comprendre aux instructions et que quand on est revenu le chercher 3h plus tard, on s'est rendu compte que la machine avait en fait séché notre linge sale !

par Chouky Terebi

2011, mon premier voyage au Japon. J'arrive en gare de Kyoto avec une envie pressante de faire pipi, je cours au toilettes, je fais ma petite affaire puis je cherche à tirer la chasse... Je vois à côté de moi quelque chose qui pends et que je prends pour la chasse d'eau. Je tire... Quand tout d'un coup j'entends raisonner dans toute la gare une sorte d'alarme. Je me rhabille au plus vite et sort des toilettes en panique, quand je vois des employés de la gare qui accourent en direction des toilettes : j'avais tiré la sonnette d'alarme pour handicapés. C'est tout pour moi, aurevoir !

 

La plus américaine, par Daniel Hinschberger

Demander en japonais à deux charmantes demoiselles en kimono si je pouvais les prendre en photo et de les voir un peu perdues et de me répondre en anglais désolé nous sommes américaines parlez-vous anglais?

 

La plus flippante, par Matthieu Monogatari

Visiter un parc d'attractions avec peu de visiteurs, aller faire un tour dans le parc floral en bord de mer, s'apercevoir que les gens du parc ont tellement pensé que personne ne s'amusait dans leur parc qu'ils nous ont enfermés dedans. Se dire que le parc d'attraction vide le soir est digne d'un film d'horreur.

 

La plus pipi-caca, par Ino Lambert

Acheter des "toilettes portables" pour mon trek sur l'île de Yakushima (genre de sacs hermétiques), regarder une vidéo qui t'explique comment chier correctement dans un sac plastique, passer une nuit dans un "refuge de montagne" digne de Darkwater et transporter ses excréments pendant 2 jours pour ne pas polluer. My-thi-que !!!

 

La plus alcoolisée, par Jean-Louis Jegou

Alors, moi, la première fois que je suis allé au Japon, j'ai passé une nuit dans une auberge traditionnelle avec repas le soir dans la chambre. Je n'apprécie pas le poisson et je me suis retrouvé avec une dizaine de plats différents contenant du poisson, je me suis donc forcé à manger pour ne pas paraître malpoli et par curiosité tout de même. Mais c'était compliqué car ça me remontait à chaque bouchée. Du coup, je prenais une bouchée suivi d'une gorgée de saké pour que ça passe. J'ai donc fini par boire 2 bouteilles !

 

Les plus "qu'est-ce qu'ils sont gentils ces Japonais"

par Alexandra Schmitt

Le jour de notre arrivée on sort notre plan "préparé" à l'avance. On comprend pas trop où on doit aller mais on tente de s'en sortir. Un monsieur nous voit, nous demande en anglais si on est perdu. Il a appelé notre hôtel pour savoir où ils étaient situés et nous a amené sur place, en portant ma valise, sans qu'on lui demande son aide en fait.

par Anne Clerget

Je cherchais mon chemin pour aller dans un restaurant, je demande à une Japonaise qui me dit, "vous arriverez jamais à temps à pied" ; elle m'a appelé un taxi, m'a fait monté dedans et a payé le trajet avec un billet de mille yens. Une fois arrivée le chauffeur me rend la monnaie.

par Vivi Shroomy

Partir visiter le Mont Fuji à 2 puis prendre le bus pour aller visiter Aokigahara (la forêt des suicidés), se rendre compte après la visite de la forêt que s'il n'y a plus personne aux alentours c'est parce le dernier bus touristique pour retourner à la gare près du Mont Fuji était déjà passé... se rendre compte qu'on est bien dans la merde car plus de bus, sonner chez une maison au hasard dans la nuit et le froid, commencer à essayer de faire comprendre au papi japonais qui nous a ouvert sa porte qu'on a besoin d'un taxi, puis voir dans la brûme apparaître un bus (non touristique), courir après ce bus, et soupirer de soulagement car le bus s'arrête pour nous prendre alors qu'il n'avait pas à la faire. Arriver finalement à la gare, tendre un billet au conducteur pour régler le voyage, le voir refuser de nous encaisser car il voulait juste aider, s'incliner à 90° en repétant merci en japonais et voir le conducteur rougir.
On a bien failli passer la nuit paumés à Aokigahara mais heureusement le gentil conducteur de bus était là, on a pu rentrer à notre hôtel à Tokyo!
Only in Japan

par Guillaume Rouger

Oublier son téléphone sur un banc en face un pachinko en plein festival et le retrouver au même endroit 40min plus tard.

par Denis Az

Acheter 3 tickets pour entrer dans un temple à Kyoto avec notre fille de 13 ans et avoir la responsable des entrées qui nous court derrière pour nous rendre la différence parce qu'on avait payé plein pot pour notre fille alors qu'elle avait droit à une réduction.

par Vincent Flippe

C'était il y a bien longtemps dans la Odakyu. J'étais debout et le gars à côté de moi s'incrustait de plus en plus dans mon minuscule espace jusqu'à ce que je m'énerve gentiment en japonais en lui demandant d'arrêter de me pousser et lui de me répondre : " vous êtes français ? " en français s'il vous plaît. Certainement avait-il remarqué le science et vie que je lisais. Quoiqu'il en soit, c'était un professeur de philosophie française de Waseda et pour terminer notre conversation de 30mn, il m'a offert une poire nashi ( allez savoir pourquoi ) et m'a proposé d'aller nous griller une Gauloise après m'avoir fièrement montré son paquet. Je l'ai revu quelques fois par la suite et ça se terminait toujours par une Gauloise.
Cela dit, je me rappelle aussi avoir reçu un concombre de la part d'une grand-mère, toujours dans la Odakyu. Elle revenait du marché et elle était contente de filer un légume à chacun de notre groupe.

par Fabrice Bartezaghi

L'oubli au guichet d'une station de metro de ma casquette AKB48 si precieuse à 10h du matin , recupereé à 22h dans la loge des gardiens de la station dont la plupart etait des fans du groupe . pouvoir échanger avec eux sur nos membres preferees dans leur local pendant une trentaine de minutes , les plus jeunes parlant un anglais tres correct . c'etait un oubli plutot sympa en fin de compte

 

La plus "le monde est petit", par Claude Yoshizawa

Un jour, à Paris (2 millions d'habitants), j'ai aidé deux Japonaises avec un gros colis qui manifestement cherchaient la Poste. Je leur parle en japonais, première grosse surprise pour elles, je leur indique (à gauche puis à droite...) elles me remercient en balbutiant, tant leur surprise était grande qu'en plein Paris, un étrange Parisien leur parle en japonais plus que courant...
Deux mois plus tard, je suis à Tôkyô (13 millions d'habitants), au grand carrefour de Ginza. J'attends que le feu passe au vert pour traverser un passage piétons. Et là, une dame japonaise m'interpelle: "Monsieur, par hasard, vous n’étiez pas à Paris il y a deux mois?" Je la regarde, je ne la connais pas, donc un peu soupçonneux ("Qu'est-ce qu'elle me veut, celle-là? comment elle sait?...) et hésitant, je lui bafouille "Euh... oui... effectivement....." et là elle me sort : "Vous m'avez aidée à trouver la Poste pour envoyer mon colis, merci beaucoup encore!!"

 

La plus modeste, par Philippe Montpellier

Il y a 7 ans dans un restaurant de soba assez réputé [...], on salut discrètement nos voisins de table , un couple la quarantaine. Et le monsieur intrigué et touché de me voir parler sa langue et aimer son pays commande une bouteille de sake qu'il nous offre à mon ami et moi. Evidemment nous avons bu ensemble et passé la soirée à discuter . Il me dit qu'il est prof de piano mais quand il nous donne sa carte de visite à son départ mon ami Japonais me dit que c'est un grand pianiste japonais qui fait des tournées dans toute l'Asie et vend des CD dans le monde entier! C'est la modestie des Japonais. Il ne m'a pas dit je suis un grand pianiste , ni même un pianiste concertiste ...juste prof de piano.
Le lendemain j'écoutais ces concerts sur You tube sans en revenir d'avoir passé la soirée avec lui et d'avoir reçu du sake de sa part. Un de mes amis japonais qui joue du piano a du me dire au moins 15 fois 羨ましい (je t'envie) tellement il aurait aimé être à ma place!

 

Le mot de la fin, par Alexandre Denicourt

En fait, je crois que voyager au Japon est une grosse anecdote en soit.

 

 

Lisez d'autres anecdotes sur notre page Facebook :

Tourisme
Sélection de la rédaction