Journey

Vendredi 23 mars 2012 / par
Uniquement disponible sur le PSN (PS3) pour le prix d'une sortie au cinéma en couple, voici enfin la dernière production des génies que sont Jenova Chen et thatgamecompany.

Vous devriez déjà être en train d'y jouer! Que faites-vous encore à lire !

Notez qu'entre la sortie du jeu (14 mars 2012) et la rédaction de cet article, j'ai du y jouer une dizaine de fois déjà. Je vous décris, ici, ma première partie sans vous dévoiler les nombreux moments mémorable pour vous laisser quelques surprises :

Il semble que j'incarne un être bipède étrange, un voyageur anonyme, vêtu d'une "robe" et portant une courte écharpe, perdu au milieu d'un vaste désert au commencement de l’aventure. Le voyage débute au somment d’une dune de sable que je viens d’escalader. Au loin, se profile une montagne. L’objectif est clairement défini : Mon périple doit me mener au somment de cette montagne.

Pour le moment, je n'en sais rien mais je traverserais pour cela des villes abandonnées à travers des tempêtes de sables et de neiges; je récupérerais des morceaux d'étoffes pour agrandir mon écharpe qui me confère le pouvoirs de planer; résolverais des énigmes sous les rayons d'un soleil aveuglant; échapperais à des ennemis étranges; troublés par l'obscurité d'immenses grottes, je déchiffrerais des arcanes d'une civilisation engloutie, m'ouvrant des voie vers cette montagne, mon Graal.

7003822379_b8a54a1240_b 7003820689_fe2c6b81f5_b7003820445_1a522cbfc8_b 6857706988_29155f5585_b

Une des nombreuses choses qui rend Journey si attachant est la découverte lente des mystères qui entoure votre existence dans cet univers. Et l'un des mystères les plus émouvant dans ce que vous vivez est la découverte de l'autre, l'autre voyageur qui se découvre quand on joue à Journey connecté au PSN.

J'ai trouvé cet autre, au milieu du désert, comme il ou elle m'a trouvé. Il a couru vers moi. Ami, ennemi ? Il chante comme pour m'appeller. Il semble vouloir me faire comprendre quelques chose ? Je le suis. Pas de noms échangés. Pas un mot. Je ne sais absolument pas qui il est. Nous semblons presque identique. Son écharpe est plus longue. Pas de moyen de communication intelligible. Mais peu importe, quelque chose se passe. J'ai un pressentiment. Cet autre va devenir mon meilleur ami durant ce périple qui s'annonce fabuleux.

7003820237_b233413330_b 7003822167_85ffb89d2a_b6857708170_ac2ef7a62f_b

Mon nouvel ami a clairement déjà fait ce pèlerinage auparavant. Il ou elle, souligne des symboles cachés et me conduit à des espaces secrets où je découvre des peintures murales mystérieuses. Assez rapidement, nous nous sommes compris. Si nos avatars ne sont pas doués de paroles, il existe d’autres moyens de communications. Après quelques tâtonnements, nous avons commencé a parfaitement fonctionner en harmonie.

6857707120_ef6f8ac934_b

Ce joueur prend sur lui d’aider les autres qu’il rencontre. Clairement, j’avais croisé une personne qui avait déjà fait ce voyage auparavant, mais avait décidé de recommencer ce périple dans le désert, afin de guider les autres. La coopération n'est pas une contrainte dans ce voyage. Il est tout à fait possible de jouer hors ligne ou d’ignorer cet autre. Il n’y a pas d’interactions obligatoires en duo pour avancer ni d'échange explicite possible.

À un moment, entre une glissade depuis le sommet d’une dune, et la chasse aux tapis volants, j’aurais voulu lui dire : « Tu ne trouves pas cela magnifique ? » La lumière du soleil avait traversée une fissure dans la montagne et avait illuminé les dunes de sable. Je me suis arrêté. Il m’a semblé que lui aussi. C’était à couper le souffle. Il m’a fait signe de le suivre. Je n’ai pas pu lui dire mais j’aime à croire que lui aussi trouvait cela de toute beauté.

7003821759_d648111c78_b

Malgré le « manque » de véritables possibilités de coopération, je me suis senti connecté comme jamais dans un jeu avec cette personne dont je ne connaissais absolument rien. Le désert est vaste et les cimes enneigées semblent ardues pour un voyageur des sables. Comme dans n'importe quel voyage, il vaut mieux le vivre accompagné même si le temps passé ensemble se fait dans un profond silence.

6857707556_b2c53973e1_b

Au bout de quelques heures de jeu, enfin, je suis surement bientôt arrivé. Les voici, les dernières "marches" à gravir. Je me suis arreté, me suis retourné, me rememorant ce que j’avais parcouru comme chemin pour en arriver ici. Au bord de la falaise mon personnage et son écharpe, désormais bien longue, flottaient, dansants à travers les nuages. Étourdi par l'excitation de ces derniers moments, je touchait a mon but, mon graal. Pourtant, il me manquait quelque chose. Une certaine mélancolie accompagnait mon enthousiasme. J’avais perdu mon compagnon au cours du voyage et je ne savais pas où il était. C'était incompréhensible. Je l'avais bien cherché quelques instants mais il fallait que je poursuive mon chemin. Agenouillé pour méditer, sans un mot, j’ai attendu quelques instants, que mon partenaire me retrouve. En vain. A contre coeur, j'ai avancé.

Bon sang ! Apres tout ce que l'on a vécu ensemble ! Où es-tu ? Après cette dure épreuve, collés l'un a l'autre pour se soutenir, traverser la tempête de neige et les embûches du sommet de la montagne ! Que fait-il ? Mais peut-être était-il là, seulement, pour me mettre sur la bonne voie ? Peut-être était-il parti aider quelqu'un d'autre ?

Comme dans tous les titres développés par thatgamecompany, il n'y a rien de vraiment explicite. Comme dans Flower, il y a, ici, une histoire, un message. Flower était un haïku abstrait abordant la fragilité de la nature, Journey est une ballade "narrative" définie par les découvertes…. une méditation sur la solitude et la connexion que nous avons avec autrui.

Quels éléments de ce conte trouvera écho en vous ? Et ce message finalement recueillie dépendra de chacun et, peut-être, tout à fait unique. Rien qui ne puisse être interprété de la même manière par chaque joueur.

7003820013_cb57a673e1_b

J’estime qu’il est dommage de décrire des mécanismes de jeux qui sont parfaitement intégré à tel point qu’ils sont imperceptibles pour la plupart, plutôt que de parler de l’expérience que j’ai eu à traverser toutes ces étendus désertiques.

Ce voyage est conçu pour être effectué d'une traite, afin d'apprécier toute la portée de sa quête. Si vous la commencez, réservez vous le temps nécessaire pour la compléter. Il faut à peine deux ou trois heures si vous traînez pour boucler l'aventure. La "durée" d'un jeu n'est pas la principale mesure à prendre en considération sur la valeur de divertissement d'un produit, d'autant que la re-jouabilité est importante.

Je suis tombé amoureux de Journey. Je pense que les souvenirs que m'ont laissé ce jeu n'ont pas de prix. Oui, elle est facile.

Techniquement je n'ai que des éloges à lui faire. Je n'ai pas besoin de vous dire que Journey est sublime. Journey offre aux joueurs un aperçu bref mais mémorable dans un autre monde, et avec la complicité d’une ambiance musicale exceptionnellement orchestrée, des paysages absolument magnifique, des interactions du personnage plus que réaliste avec son environnement. Les différents "tableaux" contemplatifs de "Journey" sont à même de graver un sourire sur le visage du joueur.

J'aimerais décrire plus en détail ces mariages séduisants mais il est convenu que tout ce qui peut être raconté n'est rien en comparaison de ce que l'on peut vivre soi-même. Aucune description du jeu ne sera suffisamment profonde. Essayer, ce serait lui faire du tort.

Mais vous lisez toujours ? Pourquoi n’y jouez-vous pas déjà ?

6857706696_11b16cf7a9_b

Je me trompes peut-être dans mon "analyse" mais la plus grande réussite du jeu, est de montrer au monde exactement comment faire une œuvre d'art interactive qui est à la fois convaincante et amusante, sans compromettre un seul élément indispensable de Gameplay. Un grand nombre de soi-disant "jeux" ont cette fâcheuse tendance à croire que pour évoquer un sentiment, il faut confondre, irriter, voire ignorer totalement le joueur.

Vous comprendrez en jouant a ce « jeu ». Journey repousse les limites de la définition même de jeu vidéo et de ce qu’il peut signifier à son auditoire.

Jenova Chen, le game designer visionnaire derriere Journey esperait qu’un jour les jeux vidéo ne seraient plus étiquetés comme «jeux». Apres Flower, sa précédente œuvre, un nouveau pas vient d’etre fanchis. Journey est une nouvelle et subtile passerelle vers l'art, parvenant à se connecter émotionnellement sans être écoeurante, et réussir à être mystérieux, sans devenir prétentieux, vague et obscur.

Vous avez tout lu ? pourquoi n’êtes-vous pas en train d’y jouer ?

7003820337_398ec43a8e_b

Le trailer du jeu : Image de prévisualisation YouTube   Les 15 premières minutes du jeu: Image de prévisualisation YouTube